vendredi 16 octobre 2015

Loin de l'ennui

16 octobre 2015


Couché vers une heure du matin, réveillé à 18H00, je n'ai donc pas vu le jour. Effectivement, lorsque je suis sorti il faisait déjà nuit et là, bien qu'il soit 22H00, j'ai l'esprit toujours endormi, fatigué, et je n'en reviens pas de dormir autant. N'ayant pas envie de parler ou d'écouter, n'ayant pas envie de faire cet effort, je suis dans un café du quartier où je ne connais personne.

Cynthia part demain à Lyon chez son père. Elle va y passer ses vacances afin de voir sa mère, d'en profiter comme elle peut. En parallèle ma fille montera à Paris, j'irai la chercher à la gare, j'ai mis mon réveil afin d'être là à l'heure, de ne pas rester dans les bras de Morphée comme aujourd'hui.

Comme chaque jours j'ai allumé mon ordinateur, ouvert mon logiciel de traitement de texte au cas où je serai inspiré par quelque chose, mais présentement c'est le silence que j'aimerai entendre, voilà ce qui m'inspire et que je ne peux avoir. Alors, comme d'habitude, je pense à ma maladie, je pense à ma mort écrite, programmée à court terme, je l'attends, mais pas dans l’impatience, même si j'ai horreur d'être dans l'attente en général. Non, là c'est une autre forme d'attente que je ne saurai clairement définir. Dans un sens, je suis pressé d'être à la fin de l'histoire, mais de l'autre côté, chaque jour supplémentaire passé ici-bas est un bon moment où je ne m'ennuie pas, même si je ne fais pourtant pas grand chose, ce qui fait que je ne ressens pas d'impatience à précipiter ma mort. Je me contente d'accompagner ma maladie, de marcher à ses côtés, donc avec moi-même, dans mon rythme. A chaque fois que je plonge dans tout cela, je pense irrémédiablement  à Cynthia et me demande comment elle vivra l'après. Oui, je m'inquiète beaucoup plus pour elle que sur mon propre sort qui, au fond, m'importe peu à présent.

5 commentaires:

  1. faîtes de gros bisous à Jade; j'espère qu'elle vous aidera à oublier la maladie
    Est ce difficile de trouver un logement social à Paris?
    Je pense beaucoup à Cynthia; il va lui falloir bien du courage. Votre belle mère souffre t'elle?
    Dans loin de l'ennui, vous dîtes qu'un nouveau jour, c'est comme un cadeau. C'est ainsi qu'il faut appréhender la maladie
    Demain, je retrouve Zazou et ses filles pour une semaine; quelle semaine lumineuse!
    Je vous embrasse très affectueusement
    Mamy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mamy,
      je transmettrai avec plaisir votre bonjour à Jade. Comme vous l'avez peut-être lu, d'entrée de jeu nous avons parlé de maladie dès lors que Jade m'a vu fumer. Comprenant ma conception des choses, elle accepte ma décision et n'a pas du tout l'air démoralisé, sauf lorsqu'on évoque l'éventualité de ma mort prochaine, ou tout du moins plus tôt que tard, où là, c'est silence radio.

      Quant à obtenir un logement social sur Paris, il y a tant de demandes (c'est deux à trois fois moins cher que dans le privé), qu'il faut au moins deux ans d'attente, pour les cas urgents s'entend. Aussi, si on a pas un piston, il faut prendre son mal en patience.

      Pour ma belle-mère, pour qu'elle ne souffre plus du tout physiquement, il lui donne à présent la dose de médicament nécessaires à cette fin, ajoutant à la morphine des médicaments au moins aussi forts. Donc certes elle ne souffre plus, mais dort énormément et lorsqu'elle est éveillée, elle délire parfois.

      Sinon, c'est Zazou qui monte à vous ou vous qui descendez à elle? Quoi qu'il en soit, tant je suis certain de votre enchantement de vous retrouver ensemble, je suis également certain que vous passerez une excellente semaine, peut-être fatigante, mais excellente.

      Je vous dis à très bientôt et vous souhaite une excellente semaine familiale (moi et ma fille, ce soir, sommes invitées à dîner par ma sœur et sa fille).

      Supprimer
  2. Tu dois être avec ta fille a l'heure qu'il est.. profitez bien de chaque moment l'un à côté de l'autre, je suis heureuse que vous puissiez passer ce temps là tous les deux... porte toi bien et je pense bien fort à toi.. mon bonjour à ta fille et aussi à cynthia quand tu l'as au téléphone.. je t'embrasse, amicalement, virginie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Virginie et merci pour ce petit mot. je rentre à l'instant d'un dîner chez ma sœur avec ma fille (bientôt un heure du matin) et, parce que fatigué, je vais aller me coucher. Cependant je t'appellerai dès que j'aurai un peu de temps.

      Je t'embrasse en espérant que tout évolue au mieux avec François.

      Supprimer
    2. Bonsoir Hicham,
      J'espère que tout va bien pour ta fille et toi, je pense bien à cynthia et sa famille également.
      Je revois François cette semaine normalement. J'aimerais passer mon anniversaire avec lui mais je ne sais pas encore si ça va être possible. Nous voir (que) quelques fois fait qu'il me manque à des moments...
      A bientôt au téléphone, quand tu pourras,
      Je t'embrasse,
      Virginie

      Supprimer